Construction : vers un meilleur futur?

Construction
By Marketing team
août 12, 2016Articles

Les dernières années n’ont pas été des plus fructueuses pour l’industrie de la construction au Canada. Toutefois, avec la récente annonce du gouvernement libéral fédéral d’investir plus de 120 milliards de dollars dans l’infrastructure publique (Chapitre 2 – Une croissance avantageuse pour la classe moyenne), en plus du renforcement global de la confiance des investisseurs, l’avenir du secteur sera vraisemblablement plus prometteur.

Est-ce que l’investissement du gouvernement Trudeau de 120 milliards de dollars dans l’infrastructure publique réussira réellement à redresser l’industrie de la construction?

Il y a quelques semaines, nous apprenions que plus de 60% des professionnels canadiens de la construction s’attendaient à ce que l’investissement fédéral ait un effet positif sur la croissance du secteur (1). En effet, la majorité d’entre eux semble encouragée par le premier budget fédéral du nouveau gouvernement libéral. L’Association canadienne de la construction (ACC) a aussi démontré son appui au budget du gouvernement en expliquant qu’il accélérera la modernisation des infrastructures tout en augmentant le nombre de projets commerciaux.

Bien que l’annonce d’investissements massifs dans de nombreux secteurs de l’économie canadienne puisse être considérée comme le coup de pouce nécessaire afin de continuer à innover et à investir dans de nouveaux équipements, plusieurs autres facteurs poussent les experts à croire que l’industrie de la construction connaîtra une phase de croissance pour les cinq prochaines années :

  • des conditions économiques qui s’améliorent (l’économie canadienne a progressé de 1,2% en 2015);
  • une baisse de l’indice globale de risque pour le secteur de la construction (de 33,7 en mars 2015 à 32,91 en mars 2016);
  • la croissance du secteur manufacturier (construction de nouveaux bâtiments et de nouvelles usines);
  • certains programmes fédéraux à la disposition des Canadiens (ILA, NPCC);
  • hausse de la confiance des investisseurs et des consommateurs (rapport Trimetric sur l’industrie de la construction au Canada – Tendances et opportunités d’ici 2020).

Concernant l’Initiative en matière de logement abordable (ILA) (2), le gouvernement fédéral verse des fonds en vue d’augmenter l’offre de logements abordables hors des réserves. Le Nouveau Plan Chantiers Canada (NPCC) (3), quant à lui, met l’accent sur le soutien de projets qui favorisent la création d’emplois, la productivité et la croissance économique. Ces deux exemples de programmes fédéraux visent à assurer la croissance à long terme du secteur de la construction.

La population grandissante et l’urbanisation pourraient aussi contribuer à la santé économique du secteur durant les prochaines années. Selon le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DAESNA) (4), la population canadienne devrait atteindre 37,6 millions d’habitants en 2020 et 40,4 millions en 2030. Par conséquent, avec les investissements publics et les efforts du gouvernement pour offrir des logements à prix modiques aux citoyens dans le besoin via la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), la construction résidentielle occupera une place plus importante dans ce secteur d’ici quelques années. Statistiques Canada a indiqué que la croissance accrue des activités de construction de logements ont fait bondir les investissements dans ce même secteur de 2,7% pour le premier trimestre de 2016 (5).

Par contre, le rapport RICS (Rapport RICS sur le marché de la construction 2016) démontre que la croissance du secteur pourrait être freinée par quelques facteurs :

  • la faiblesse du dollar canadien par rapport au dollar américain;
  • les contraintes financières des entreprises et la forte compétition dans le secteur de la construction;
  • la baisse des activités dans l’industrie pétrolière;
  • l’excès de réglementation (environnement, sécurité, permis);
  • les conditions économiques fragiles (malgré une tendance à l’amélioration).

Bien que ces facteurs puissent amener les économistes à demeurer vigilants, la situation de l’industrie n’est pas alarmante. Les projets de construction tels que les campus universitaires, les écoles et les tribunaux ne sont pas directement affectés par l’instabilité économique. Tout porte à croire que l’investissement public annoncé servira de levier afin de contrer les effets négatifs de la fragilité des conditions économiques dans l’industrie de la construction au Canada.

(1)   www.rics.org/ca/news/news-insight/press-releases/infrastructure-spending-will-drive-canadian-construction-growth-this-year/

(2)   cmhc-schl.gc.ca/fr/prin/celoab/aifi/aifi_015.cfm

(3)   www.infrastructure.gc.ca/plan/nbcp-npcc-fra.html

(4)    www.un.org/development/desa/fr/

(5)    www.journaldemontreal.com/2016/05/31/hausse-de-la-croissance-au-pays-durant-le-premier-trimestre