Prêts consortiaux définis : types et avantages pour les emprunteurs canadiens

loan syndication
By Marketing team
août 20, 2019Articles

En bref, un prêt consortial est un prêt émis par un consortium de prêteurs à un seul emprunteur. Puisque les sommes impliquées sont toujours importantes (supérieures aux limites que la plupart des banques et prêteurs conventionnels sont prêts à risquer en temps normal), chaque prêteur dans le consortium contribue une partie du montant du prêt total et partage le risque de manière proportionnelle.

Historiquement, les grandes corporations sont les emprunteurs les plus courants de ce type de prêt. En général, ils utilisent ces derniers pour financer des prises de contrôle, des acquisitions et des projets d’expansion. Les gouvernements, toutefois, sont également connus comme acheteurs de prêts consortiaux. Ils s’en servent pour remplir un écart temporaire dans leurs budgets nationaux ou pour financer un gros projet d’infrastructure.

De plus en plus, les petites et moyennes entreprises ayant une croissance rapide recherchent aussi ce type de financement. Traditionnellement, ces prêts ont atteint un montant de centaines de millions de dollars. Toutefois, au cours des dernières années, les prêteurs se sont syndiqués pour procurer des prêts consortiaux pour des montants aussi petits que quelques millions de dollars. En conséquence, les prêts consortiaux sont devenus plus fréquents au cours de la dernière décennie.

Les fournisseurs de ces prêts sont principalement de grandes banques, mais des compagnies d’assurance, ainsi que des fonds de pension et d’investissements spéculatifs, s’engagent également dans ce type de prêts, car les prêts consortiaux ont prouvé avec le temps qu’ils représentaient des entreprises particulièrement rentables.

 

Structure des prêts consortiaux

Chaque prêt consortial est piloté par une banque chef de file ou un souscripteur (que l’on désigne l’arrangeur, l’agent ou la banque chef de file) qui assume la responsabilité de diverses tâches administratives; par exemple, la répartition des flux de trésorerie parmi les autres membres du consortium.

La banque chef de file n’a aucun devoir fiduciaire ou obligation d’informer ni l’emprunteur, ni leurs prêteurs associés. Les conditions financières négociées entre le prêteur principal et l’emprunteur sont contenues dans une feuille de modalités détaillant le montant du prêt, sa durée, le taux d’intérêt et l’échéancier de remboursement, ainsi que les autres frais connexes.

La principale motivation sous-tendant le prêt consortial est de distribuer le risque de défaut de paiement entre les nombreuses parties, puisque les montants de prêt sont habituellement tellement grands que même un seul défaut de paiement de l’emprunteur pourrait être extrêmement dommageable pour un seul créancier. Chaque prêteur du consortium partage le risque, ainsi que les fruits financiers potentiels du prêt.

La responsabilité de chaque prêteur est limitée à sa part du prêt total, alors que le contrat représentant tous les membres du consortium est contenu dans un accord de prêt général. Le consortium de prêteurs peut être constitué d’un ensemble de différents types de prêt, chacun avec leurs propres modalités de remboursement négociées entre les créanciers et l’emprunteur.

 

Types de prêts consortiaux                       

Il existe trois principales catégories de prêt consortial : ententes avec prise ferme, ententes avec syndication sans garantie d’émission et ententes de club, chacun ayant leurs propres modalités et structures particulières.

 

Entente avec prise ferme

Dans une entente avec prise ferme, le souscripteur mandataire garantit et vend le prêt en entier, et si le prêt n’est pas entièrement souscrit, la banque chef de file a l’option d’absorber les parts restantes.

À partir de là, si les marchés sont en hausse, l’agent principal a l’option de vendre ces parts restantes à d’autres investisseurs avec un bénéfice. Toutefois, dans un marché baissier, l’agent principal pourrait se voir forcé de vendre les parts non absorbées à perte ou de les radier tout simplement.

Les avantages de toute banque jouant le rôle de l’agent principal dans un marché de prise ferme sont triples. Premièrement, les prêts consortiaux peuvent être extrêmement rentables, parce que les risques impliqués avec de telles sommes importantes de capital entraînent habituellement des frais de service beaucoup plus élevés que la moyenne. Deuxièmement, ce genre de prêt fait paraître la banque chef de file comme étant plus concurrentielle. Troisièmement, les ententes avec prise ferme offrent des taux d’intérêt variables, et ainsi sont exposées à moins de risques que les dettes ayant des taux fixes.

 

Offre avec syndication sans garantie d’émission

La syndication sans garantie d’émission est plus courante en Amérique du Nord qu’en Europe. L’agent principal ne s’engage pas ni ne garantit le plein montant du prêt; plutôt, toute part non garantie d’émission est idéalement comblée en profitant des changements dans les conditions du marché.

Pour les emprunteurs, toutefois, advenant que les parts restantes demeurent non garanties d’émission, ils pourraient se voir contraints d’accepter un montant de prêt plus petit ou de décider d’annuler l’entente au complet.

 

Entente de club

Ce type de prêt consortial représente habituellement des montants d’argent plus petits : moins de 150 millions de $ en moyenne. La principale différence entre l’entente de club et les autres prêts consortiaux, c’est qu’avec l’entente de club, le souscripteur mandataire partage les honoraires acquis de la facilité de prêt également, ou presque également, avec les autres partenaires du consortium.

 

Avantages des prêts consortiaux

Les prêts consortiaux offrent de multiples avantages autant pour les prêteurs que les emprunteurs. Voici quelques-uns des principaux avantages offerts par ce type de produit financier.

 

Simplicité relative

Plutôt que d’essayer de réunir les capitaux en contractant de multiples prêts auprès de multiples prêteurs, les emprunteurs doivent uniquement négocier les conditions avec une partie : le souscripteur mandataire de la banque chef de file. La banque chef de file a alors la responsabilité d’établir le consortium et de déterminer le montant de crédit contribué par chacun des prêteurs au prêt.

 

Diversification des conditions

En raison des multiples prêteurs contribuant au prêt, ce dernier peut être structuré avec divers types de prêts et de devises. Chaque type de prêt offre la flexibilité, y compris les techniques de gestion de risques, les droits de remboursement anticipé sans pénalité et les diverses structures d’intérêt, par exemple les taux d’intérêt fixes ou variables. Cela procure une meilleure adaptabilité aux emprunteurs.

En empruntant dans diverses devises, les emprunteurs sont également mieux protégés contre les risques et fluctuations des devises résultant de facteurs externes, comme l’inflation, ainsi que les lois et politiques des pays ou états individuels.

 

Réputation

Avoir de multiples prêteurs qui financent un projet renforce l’image de l’emprunteur sur le marché. Les emprunteurs qui ont remboursé avec succès leurs prêts consortiaux obtiennent des évaluations de crédit et des réputations positives auprès des prêteurs, facilitant ainsi l’obtention de crédit et les modalités de remboursement optimales des institutions financières à l’avenir.

 

De plus, les banques du consortium partageront parfois leurs réflexions et commentaires sur des préoccupations commerciales avec les agents. Il s’agit de renseignements qu’ils n’offrent pas aux entreprises emprunteuses en temps normal.

 

Utilisés comme une forme de prêt sur actif, les prêts consortiaux permettent aux prêteurs ayant une expertise dans diverses catégories d’actifs de faire équipe et d’offrir le financement le plus favorable possible aux clients. Communiquez avec nous pour de plus amples informations.