Le « Made in Canada » : une histoire du passé ?

Made in Canada

« Made in China », « Made in Taiwan », « Made in Mexico » et « Made in Bangladesh » sont des termes que vous entendez ou voyez quotidiennement, n’est-ce pas ? Qu’en est-il du « Made in Canada » ? Pourquoi y a-t-il si peu de biens produits au Canada sur les tablettes de nos commerces de détail ou dans nos magasins de vêtements ? La réponse à ces questions est multidimensionnelle. En voici quelques facettes :

  • des coûts de production élevés (salaires, transport, etc.);
  • la lourde réglementation en matière de sécurité et d’environnement;
  • la diminution de l’utilisation de la capacité de production;
  • la forte concurrence internationale au niveau des coûts (accords de libre-échange).

Le Canada est un pays où les coûts directs de production sont perçus comme étant élevés. Bien entendu, quand nous parlons de coûts directs de production, nous pensons instinctivement aux salaires. Il est très difficile pour les entreprises canadiennes du secteur manufacturier de concurrencer les entreprises asiatiques, par exemple, quand nos travailleurs sont rémunérés en moyenne 25 $ de l’heure face à quelques dollars de l’heure en Chine[1]. L’ouverture des marchés et la concurrence internationale grandissante poussent nos entreprises à innover et à trouver des stratégies de réduction de coûts.

Les salaires ne sont évidemment pas la seule raison pouvant expliquer les coûts élevés au Canada. L’imposante réglementation en matière de sécurité et de l’environnement force les entreprises à dépenser et à investir d’importantes sommes afin de respecter les lois. Ce n’est pas toujours le cas dans d’autres pays exportateurs avec des réglementations moins contraignantes. Il est tout de même pertinent de noter que le Canada propose une fiscalité compétitive pour les sociétés, avec un taux d’impôt net de 15 %[2] en 2016, ce qui est inférieur au taux moyen d’impôt sur les sociétés dans le reste du monde[3]. En réduisant le fardeau fiscal des entreprises, le Canada a suscité l’intérêt des sociétés étrangères, favorisant ainsi la création d’emplois et la stimulation de la productivité. Le tableau ci-dessous compare 10 pays étudiés par KPMG à l’aide de l’indice du fardeau fiscal global (IFFG).  « L’IFFG représente la totalité des impôts et taxes payés par les entreprisesv à un endroit donné, en pourcentage des impôts et taxes payés par les entreprises comparables aux États-Unis. Les États-Unis étant le pays de référence, son IFFG est de 100,0. »[4]

 

Rang 2016                     Pays                                       TTI                                       Rang 2014             

                                                                  2016                2014              Variation

1                                 Canada                    52.4                53.6                  -1.2                    1

2                                 United Kingdom       64.5                66.6                   -2.1                   2

3                                 Netherlands             68.2                74.5                   -6.3                   4

4                                 Mexico                     68.5                70.2                   -1.7                   3

5                                 Australia                  95.7                112.9                 -17.2                  6

6                                 Germany                 97.9                116.3                 -18.4                  7

7                                 United States          100.0              100.0                                           5

8                                 Japan                      108.2              118.6                 -10.4                  8

9                                 Italy                         110.5               135.8                -25.3                  9

10                               France                     136.6              163.3                -26.7                 10

 

Malgré cet avantage fiscal, le secteur manufacturier du Canada est en pleine période de crise. Les industries canadiennes ne fonctionnent qu’à 80 % de leur pleine capacité de production, et ce, malgré un dollar canadien très faible[5]. « Le secteur manufacturier canadien a été en déclin, a été en retrait, pour la meilleure partie d’une vingtaine d’années maintenant, explique Warren Everson de la Chambre de commerce du Canada. Et nous avons vu une réduction très importante à la fois dans le nombre de divers types de produits fabriqués au Canada et dans les volumes. »[6] Avec 19 des 21 grands groupes du secteur de la fabrication ayant connu un recul au deuxième trimestre de 2016, l’avenir du secteur est loin d’être prometteur.

C’est la raison pour laquelle l’économie canadienne semble délaisser la fabrication pour se tourner vers l’industrie de la finance et des services. «Bien qu’ils soient importants, les secteurs de l’agriculture, des transports, de l’énergie ou de la construction n’atteignent pas, même réunis, les dimensions titanesques qu’occupe maintenant le secteur financier au Canada. »[7] Le secteur financier (banques, compagnies d’assurances, etc.) est responsable à lui seul de 20 % de tout le produit intérieur brut (PIB) du Canada.

Déclin du secteur manufacturier canadien, concurrence internationale accrue, coûts trop élevés… Que faire ? Baisser les bras ? Prôner une doctrine économique plus protectionniste ? La solution n’est pas si simple. Évidemment, l’industrie de la fabrication devra sans aucun doute se moderniser et trouver des moyens afin de réduire ses coûts. Dénigrer les nombreux accords de libre-échange dont le Canada fait partie ne serait pas la solution optimale à long terme. Après tout, le consommateur en ressort généralement gagnant, avec des prix plus bas et un plus vaste éventail de choix de produits.

L’étiquette « Made in Canada » est effectivement moins fréquente, mais les raisons sont assez claires. Heureusement, nous vivons dans un pays prospère où les conditions économiques sont en grande partie favorables. Ainsi, le secteur manufacturier bénéficie de nombreuses ressources à sa disposition et profite d’un environnement fiscal avantageux. Si les entreprises manufacturières réussissent, entre autres, à innover et à repenser leurs méthodes de production, nous verrons peut-être un jour significativement plus de produits canadiens s’imposer, au pays et aussi à l’étranger. Est-ce une idée trop ambitieuse, voire même impossible? Seul l’avenir nous le dira !

________________________

[1] http://www5.statcan.gc.ca/cansim/a05?id=2820072&retrLang=fra&lang=fra

[2] http://www.cra-arc.gc.ca/tx/bsnss/tpcs/crprtns/rts-fra.html

[3] http://www.compta-online.com/les-taux-impot-sur-les-societes-dans-le-monde-en-2016-ao2026

[4] https://home.kpmg.com/ca/fr/home/media/press-releases/2016/07/canada-maintains-top-spot-as-the-most-tax-competitive-country-for-business-globally-kpmg-study.html

[5] http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/160908/dq160908b-fra.htm

[6] http://www.rcinet.ca/fr/2016/08/25/pourquoi-y-a-t-il-si-peu-de-produits-made-in-canada/

[7] http://www.rcinet.ca/fr/2016/08/25/pourquoi-y-a-t-il-si-peu-de-produits-made-in-canada/